Prévisions 2017

 

Prévisions

2015


 

PLUTON DANS LE SIGNE

DU CAPRICORNE EN 2013

 

Le 28 janvier 2008, Pluton pénétrait pour la première fois dans le signe

du Capricorne. Qu'en est-il aujourd'hui, soit cinq ans plus tard ?

 

 

La société est en pleine mutation.

 

Pluton, la planète du Scorpion, ébranle les fondations, révèle les failles des systèmes.

La soif de pouvoir et d'argent est sans limites. On le voit avec les banques, les organisations mafieuses, les lobby d'armes, de médicaments, de produits toxiques. 

 

Savez-vous que dans certaines universités américaines, on apprend aux jeunes hommes et femmes d'affaire à spéculer sans scrupules ? Sans aucune considération pour les humains ni pour la nature ou les animaux. Formés, ces jeunes deviennent des machines à faire de l'argent par tous les moyens possibles.

 

Ne nous étonnons donc pas si l'on nous pousse toujours davantage à consommer, à emprunter, à vouloir encore plus.

 

Pourtant, il existe des solutions.

 

La première, c'est de rester créatif. Être optimiste tout en cultivant le réalisme.

 

En réalité, il existe un moyen simple de réguler l'Économie mondiale : rendre tout le monde autonome au niveau énergétique, investir dans l'énergie verte.

 

On peut aussi retrouver un équilibre au niveau de la gestion, vivre de façon plus simple.

 

Travailler moins pour vivre mieux. Et donc, dépenser moins.

 

Kakebo

Par exemple, noter toutes ses dépenses au jour le jour dans un kakebo, un carnet qui nous vient du Japon. Maîtriser son budget, évaluer les vrais besoins, ne pas céder aux pulsions.

 

Il existe des alternatives au consumérisme. Le mouvement de la simplicité volontaire en est un.

 

On a créé une série de « faux besoins », des "modes" .

Nous sommes bombardés d'images du bonheur où l'on voit des familles heureuses, des couples unis, des vacances ailleurs.

 

Du coup, on se sent de plus en plus seul. On voudrait être "comme tout le monde" et on n'est plus personne.

 

Et si vous étiez, sans le savoir, un créatif culturel ?

 

Créez votre monde, choisissez au lieu de subir.

 

Vouloir tout réussir, c'est un leurre.

 

Apprendre, c'est aussi accepter de commettre des erreurs. Tout apprentissage implique une certaine maladresse.

 

Pourquoi ne pas intégrer l'échec comme une partie de l'expérience de la vie ? On peut aussi tirer un enseignement de nos tentatives maladroites ou infructueuses, essayer de faire mieux la prochaine fois.

 

On n'atteint pas la maîtrise sans passer par des étapes de tâtonnement, de découragement même. Si l'on veut apprendre une langue, un art, un métier, on a besoin de s'exercer encore et encore. On a besoin de temps.

 

 

 

LE CAPRICORNE SYMBOLISE LA PROFESSION.

 

 

Pluton nous confronte à la menace, aux chantages, aux abus de pouvoir, à l'angoisse et à la peur du chômage.

 

En réalité, nos sociétés ont créé un système économique basé sur l'emprunt, l'appât du gain, l'avidité, la peur, la dépendance.

 

Être libre, trouver la sécurité en soi, développer la confiance : un vrai défi !

 

On parle de crise, au lieu de nous parler d'évolution. La société de consommation est devenue la nouvelle religion. Personne ne veut revenir en arrière.

Pourtant il va falloir y songer, pour "déconstruire", revenir aux bases. S'arrêter. Réfléchir. Méditer et s'organiser.

 

Dans les pays dits "riches", la crise concentre ses effets sur la difficulté d'accéder au logement ou à l'emploi. Le sentiment de précarité se fait de plus en plus vif.

 

À part certaines professions réputées plus sûres, l'individu n'est plus assuré de rien. Le statut de salarié n'offre plus de garanties. Il n'y a plus assez d'emplois pour tout le monde.

 

Les nouvelles technologies remplacent l'être humain dans beaucoup de secteurs

Il y a de plus en plus de monde, les « vieux » coûtent plus cher que les « jeunes » - on est maintenant « vieux » à 40 ans sur le marché du travail - même les jeunes ne trouvent plus d'emploi.

 

Faut-il émigrer pour trouver du travail ?

 

La concurrence est rude entre les Européens qui émigrent maintenant pour trouver du travail là où il y en a, c'est à dire ailleurs que chez eux en Espagne, en Grèce, en Turquie.

 

On nous souffle dans l'oreille que les « étrangers » travailleront le double pour la moitié du prix. Les infirmières viennent de pays de l'Est et certains hôpitaux de la capitale emploient des médecins venus des quatre coins de la planète. C'est bien connu : les étrangers acceptent des conditions de travail plus rudes, moins bien payées.

 

Certains Européens émigrent maintenant en Patagonie, au Canada, au Costa Rica pour tenter de vivre autrement.

 

 

Après les « trente glorieuses » - les années 1950, 1960 et 1970 où l'on a connu une qualité de vie et une économie en plein essor - le capitalisme a grandi, les citoyens se sont habitués à disposer d'un confort de vie exceptionnel.

 

Tout le monde a eu accès à cette qualité de vie qui n'était plus réservée à une seule couche de la population.

 

La garantie d'avoir toujours du travail, des avantages sociaux, l'accès aux études, aux soins médicaux, à la propriété ont été acquis et sont de venus un dû pour les populations dites civilisés.

 

Puis les années 80 ont vu arriver les « golden boys ».

 

Les patrons, les sociétés, les banques ont voulu percevoir des salaires et des dividendes pharaoniques. Spéculer, amasser sont devenus la norme pour ceux qui détiennent le pouvoir.

 

Le cynisme est à son comble.

Que peut-on faire à part s'en faire une raison ?

 

Oui, d'abord VOIR ce qui EST. Puis ACCEPTER.

 

Renoncer à ce qu'on ne peut changer et changer ce qu'on peut. Et enfin : AGIR.

 

De toute façon, pour changer le monde, on dit qu'il faut commencer par changer son monde à soi, à son niveau.

 

 

 

Que nous inspire la légendaire sagesse du Capricorne  ?

 

 

 

•  Diminuer les dépenses, gérer, planifier.

•  Investir dans l'immobilier, même de façon modeste.

•  Étudier, acquérir des connaissances, se spécialiser dans un domaine particulier.

•  Prendre appui sur son expérience.

•  Refuser ce qui n'est pas authentique.

•  Se tourner vers l'essentiel.

•  Développer des valeurs constructives pour les générations futures.

•  Devenir un citoyen et un consommateur responsable.

•  Favoriser les échanges intergénérationnels.

•  S'inspirer des Anciens, leur demander conseil.

 

Ce dont les nouvelles générations ont besoin c'est de temps, de chaleur humaine, de valeurs, plus que de gadgets qui les rendent dépendants.

 

 

 

Quand l'intergénérationnel entre en ligne de compte.

 

 

Les Anciens sont notre mémoire. Les jeunes représentent l'avenir.

Les différentes générations peuvent donc s'entraider.

 

D'une génération à l'autre, les valeurs varient. En astrologie, les planètes dites « générationnelles » restent au moins dix ans dans un même signe.

 

Chaque génération bâtit un monde, une société et traverse des cycles. Ce qui va souder tous ces individus issus d'une même tranche d'âge, ce sont des modes, un mouvement, des défis.

 

Le rôle des parents et des grands-parents évolue. Certains se retrouvent en première ligne pour assumer, prendre en charge, payer. Le monde a changé, les enfants sont la cible n°1 de la société de consommation. Les enfants viennent avec de nouvelles demandes : jeux, gsm, internet.

 

Tout a un prix.

 

Il faut maintenant gérer de nouvelles menaces : observer les campagnes de séduction, les addictions, les pièges du monde moderne. Comment résister sans sombrer dans la parano ?

 

Nous avons intérêt à reconnaître nos limites, celles des autres, celles du système.

 

 

LA PHILOSOPHIE DU CAPRICORNE

 

 

Alors que le Capricorne symbolise les structures, l'ambition et  la recherche d'élévation, Pluton lui impose de solides remises en question.

 

Dans l'univers Capricornien, on observe la nature, les cycles, la société, les hommes. Et on réfléchit, on médite. On apprend à ne compter que sur soi. On tire des leçons du passé, on se fixe un but, on imagine un plan pour l'atteindre. On sait qu'il faudra travailler, rester concentré et persévérer.

 

Oui, c'est vrai, le Capricorne est sérieux, responsable. Oui, il arrive qu'on se sente seul et même frustré.

 

Mais ne soyons pas masochiste. On peut aussi améliorer son sort. Être un bon compagnon pour soi-même et s'accorder la meilleure vie possible, compte tenu des évènements, du destin.

 

 

 

Á MÉDITER :

 

 

•  D'âge en âge, on ne fait que changer de folie (Pierre de la Chaussée)

 

•  Avant cinquante ans, on est jeune et beau. Après on est beau. ( Jacques Higelin)

 

•  L'âge mûr c'est quand on est parfaitement capable de tout faire comme avant. Mais qu'on préfère s'en abstenir. (Laurence Peher)

 

•  Après tout, il faut avoir une jeunesse. L'âge où l'on se décide à être jeunes importe peu. (Henri Duvernois)

 

•  Permettez-moi de rétablir la vérité : j'ai 46 ans. Et cela depuis plusieurs années.

 

 

 

 

LES LEÇONS DE PLUTON


Pluton peut nous faire douter : à quoi bon ?

 

La planète maitresse du Scorpion nous montre là où nous sommes fragiles.

Mais il peut aussi nous éclairer, nous montrer les faiblesses de notre système, éprouver la solidité de la structure, revoir le plan de vie qu'on avait imaginé.

 

Les buts à long terme sont remis en question.

 

Pluton nous souffle : Ici, ce que tu construis, c'est valable, c'est intéressant, continue. Et là, ne perds pas ton temps, ton énergie.

 

Parfois, on a visé des sommets et il faut revenir à d'avantage de réalisme.

 

Durant ce cycle, on va s'interroger sur la durée, sur le temps à consacrer à une entreprise. Le temps qu'on a, le temps qu'on n'a pas ou qu'on aimerait avoir pour.


Comment résister aux pressions ? Comment faire face à l'adversité ?

 

Économiser ses forces, gérer ses réserves, penser à l'avenir.

 

Qui prend ses responsabilités ? Et comment ? Qui ouvre à quoi au sein du système ?

 

Avons-nous affaire à une entreprise de construction ou une entreprise de démolition ? Il y a ceux qui travaillent trop et ceux qui travaillent trop peu, ceux qui travaillent mal, qui bâclent l'ouvrage, ceux qui travaillent pour les autres et ceux qui exploitent les autres.

 

 

Pluton symbolise les jeux de pouvoir.

 

Le pouvoir. La puissance. L'instinct. On se prépare à tout, y compris au pire. Avec Pluton, la méfiance règne. C'est la loi de la jungle. On est dans le monde de la tentation. Chantages, pressions, angoisses. Tout ou rien. Recherche d'absolu, on ne fait pas de concessions. C'est sans pitié. On ne peut jamais relâcher l'attention, on ne dort que d'un oil.

 

Le chemin du Capricorne.

 

Il faut accepter une certaines solitude, la tristesse quelques fois, des passages mélancoliques. Quelque chose est fini. Parfois c'est irréparable. Alors on tourne la page, on passe à autre chose. On s'ajuste à la réalité, on en prend son parti.

 

Ce qui reste c'est la nature.

 

La nature des choses. Nature humaine. Ce qui est vrai, ce qui est là, sous nos yeux.

Impossible alors de tricher, de se mentir.

 

Le défi de ce cycle est de nous apprendre à discerner l'essentiel du superflu. De faire le tri de nos « besoins ». Besoin des autres, besoin de plaire, besoin d'être aimé.

 

Nous avons intérêt à :

 

•  nous créer une belle philosophie de vie,

•  nous tourner vers la nature,

•  nous investir dans ce qui a du sens pour nous,

•  stimuler notre joie de vivre.

 

Le côté positif :

- Nous verrons la vérité en face.

- Nous prendrons de nouvelles dispositions.

- Nous effectuerons un tri, nous éliminerons ce qui est dépassé, nous évoluerons.

- C'est un cycle de régénerescence, de renouveau.

LIRE ÉGALEMENT LES TRANSITS DE NEPTUNE, URANUS, SATURNE ET JUPITER EN 2013

 

 

 

Notons que Pluton restera dans le signe du Capricorne jusqu'au 20 novembre 2024.

Son dernier transit dans ce signe du Zodiaque date d'il y a ... deux-cent quarante ans.