Prévisions 2017

 

Prévisions

2015


 

PRÉVISIONS ASTROLOGIQUES 2017

sur base des transits de Pluton, Neptune, Uranus et Saturne

par Martine Eleonor ©

 

 

PLUTON EN CAPRICORNE

Quelques pistes de réflexion :

 

« Je suis responsable de mon Monde. »
Chacun, à son niveau, peut construire un monde durable.  Nous avons les informations pour le faire.  Bien sûr, cela demande des efforts, une conscience.  Nous pouvons choisir d’être des citoyens responsables sans devenir graves, ou tristes, nous pouvons choisir le plaisir, un plaisir qui ne soit pas destructeur.


D’abord commençons par nous poser les bonnes questions : D’où vient ce produit que je m’apprête à acheter ? Que contient-il ? Est-ce sain ? Utile ? Comment a-t-il été acheminé ici ? Quel est l’impact sur l’environnement ? En ai-je besoin ? Y a-t-il d’autres alternatives ?

 

 

 

 

La Nature, votre nature à tous les niveaux.

Acheter bio, sain et/ou local. Pas d’OGM, pas de pesticides, pas de crasses. Lire les étiquettes. Sucres, conservateurs, graisses, huile de Palme…Ne pas se laisser empoisonner. Redéposer des articles en rayon. Non merci.

 

Penser aux ours polaires qui n’ont plus de banquise, aux abeilles, à nos enfants, aux générations futures, avant d'opter pour une solution de facilité..

 

S’informer, se renseigner. Faire des choix conscients.

 

Opter pour le bien-être animal.  La barbarie n’est pas acceptable.  Remplacer la viande par des protéines végétales ou des insectes. Végétarien, Vegan, Flexitarien, c'est le futur. Vous vivrez mieux, en meilleure santé, plus longtemps.

 

Penser commerce équitable, respect des travailleurs.

Favoriser les petites entreprises, les commerçants indépendants : le boulanger, le fleuriste, le libraire, l’artisan.

 

Réduire la consommation de produits importés. Pourquoi du poisson élevé en Afrique, des vêtements fabriqués en Chine, des haricots du Chili et des pommes de terre de Chypre ?

 

Les forêts ont besoin de nous, nous avons besoin des forêts.

 

Résister aux pulsions de facilité et d’habitudes.

 

Avancer un petit pas à la fois, chaque jour.

 

Les idées foisonnent : la part du colibri - Pierre Rabbi vous invite à faire évoluer le monde à votre niveau - , le hygghe - un quotidien chaleureux, vu par les Scandinaves - l'art de la simplicité - Dominique Loreau vous entraîne en douceur à la philosophie japonaise : vivre mieux avec moins, développer l'autodiscipline pour mieux gérer les tentations -, le mouvement de la simplicité volontaire, la décroissance, le recyclage, le partage.

 

Offrir du temps, des cadeaux faits main, un bon pour une balade, un musée, un pique-nique, bref des valeurs.

 

Créer plutôt que consommer.

 

 

 

 

 

 

 

« Une civilisation, ma civilisation. »
Une civilisation s’achève : celle de l’euphorie perpétuelle.  Et pourtant, nombreux sont ceux qui continuent à y croire, à courir d’une sensation à l’autre, à dépenser de l’argent et les ressources planétaires pour vivre intensément.
La civilisation dépend de nous.  Nous pouvons regarder la vérité en face et nous impliquer dans l’avenir du monde.  Il y a tant de domaines où nous pouvons agir, ne pas détourner le regard, changer d’habitudes, résister à une pulsion destructrice ou génératrice de souffrance, choisir une nouvelle façon de vivre.
Quelle civilisation voulez-vous ?

 

 

 

Résister aux pressions.
Il arrive qu’on soit poussé à agir en contradiction avec ce que l’on sent au fond de soi. Stop. Les jeux de pouvoir sont épuisants et angoissants.  À tous les niveaux de la société et de la famille, certains ont l’art de trouver nos points faibles et d’en jouer pour obtenir ce qu’ils veulent.  Avant que cela n’aille trop loin, mieux vaut mettre fin aux abus directement. 

 

Rebelle, rebelle.
Dire « Non », de façon ferme : quand la rébellion est constructive et même créatrice de changements, on prend position pour la vie. Se rebeller lorsque la vie est en danger, la vie d'autres êtres humains, le bien-être des animaux, la sauvegarde de la biodiversité.

 

Nous sommes les consomm-acteurs, si nous optons pour la vie, le sens, la justice, l'équité, ou si nous boycotons un article, une pratique, nous avons un impact sur le marché, la société.

 

Vues à long terme.
Nous sommes prévenus : il est temps de changer d’habitudes, de modifier nos réflexes au quotidien, pour la planète, nos enfants et petits-enfants.

 

Être libre, c’est choisir. Nous pouvons choisir un monde meilleur.

 

Contournons le choix de la facilité, de l’habitude. 

 

 

 

En 2017 : Exercer son pouvoir, faire de nouveaux choix.

 

Innover.

 

Garder le cap : Nature et Futur.

 

Persévérer.

 

 

 

Résistances aux changements et voie parallèle.

"Je ne peux pas m'empêcher de céder", "C'est plus fort que moi."

Détectez les résistances aux changements. Quels bénéfices avez-vous à conserver une habitude plutôt qu'à innover ?

Remplacer une habitude crée une résistance au changement : l''être humain est programmé pour conserver ce qu'il connait. Par contre, on peut créer une voie parallèle à celle qu'on a l'habitude de prendre, le changement s'effectue alors en douceur.

 

Administration.

Si l’on veut survivre dans le monde d’aujourd’hui, on doit se mettre en ordre au niveau administratif.  Accepter les règles du système, saisir les opportunités qui nous sont proposées pour garder nos droits sociaux.  Les démarches administratives sont pesantes ?  Faites-en un jeu.  Il y a de bonnes idées aussi.

 

Réussite et échec.
Quand la confiance est ébranlée, arrêtons-nous pour faire le point.  Le but que nous poursuivons est peut-être à revoir.  Il est temps de changer de point de vue.  Quelle opportunité se cache au cœur de cette difficulté ?  Comment tirer le meilleur parti de la situation ? 

 

S’ajuster à la réalité : « Il y a des échecs vertueux qui nous disent que la voie qu’on poursuit ne nous correspond pas. » (Charles Pépin – Les vertus de l’échec).

 

 

Deuils, pertes.

Traverser un deuil, subir une perte, être confronté au vide, sont des étapes qui font partie de la vie sur terre. Chacun a une façon unique de faire son deuil, c'est un processus intérieur et naturel. Être présent à soi, se réconforter, ne rien brusquer. Accueillir ce qui est là, accompagner le mouvement. La vie reviendra, sous une nouvelle forme.

 

Rompre avec l’isolement, apprivoiser la solitude.

Isolement social : on peut à tout moment dans la vie se refaire un réseau social, entretenir des contacts et sortir de chez soi.  Certaines activités sont payantes, d’autres gratuites.  Stimulez votre imagination, prenez des initiatives et identifiez vos vrais besoins au risque d’être envahi. 
Solitude émotionnelle : on peut souffrir de la solitude depuis l’enfance ou se sentir seul suite à la perte d’un proche.  Remplir le vide en se chouchoutant, parler de son chagrin à la vie, dans un cadre rassurant ou thérapeutique, se confier à son Journal intime, chercher ce qui nous fait du bien, ce qui nous répare. 

 

 

Développer l’autonomie.

Attendre tout des autres ou croire encore que la société va pourvoir à nos besoins est une utopie.  Prendre des initiatives, se mettre en mouvement et développer une belle relation avec soi-même procure un sentiment de satisfaction personnelle.

 

Pratiquer l'auto-bienveillance.

Vous pouvez entretenir une belle relation chaleureuse avec vous-même : écoutez-vous, prenez soin de vous, veillez sur vous.

 

 

 

Tenir compte de la réalité.

Si l’on observe la nature, on peut mieux comprendre en quoi consiste la vie sur terre. Les cycles, les saisons, terre fertile et zones de culture plus arides, cohabitation des plantes entre elles, prédateurs et parasites, systèmes de défense, adaptation à des conditions difficiles. Regarder des émissions consacrées à la science, aux animaux. Dans quel système vivons-nous ?

 

 

 

Éliminer, renoncer.

Durant ce cycle, nous ferons le point sur nos objectifs, nos réalisations, nos projets en cours.  Quand faut-il persévérer et à quoi vaut-il mieux renoncer ? S’entêter dans une direction ou subir une situation qui nous fait souffrir signifie qu’on a une appréhension.  Et si nous apprivoisions nos peurs afin qu’elles n’aient plus d’emprise sur nous ?  Que se passe-t-il si l’on arrête le processus, si l’on met fin à l’engrenage ?  Soyons curieux, osons déconstruire ou tout remettre en question.  Faire demi-tour est parfois la meilleure solution, mais les personnes très persévérantes vivent cela comme un échec.  Consacrer sa vie à poursuivre un rêve qui tourne au cauchemar, s’obstiner en dépit du bon sens, n’est pas la solution, il vaut mieux revenir sur nos pas ou nous orienter dans une nouvelle direction, en tout cas, s’arrêter.  Parfois, il vaut mieux reconnaître qu’on a besoin d’aide pour avancer dans l’inconnu.

 

 

Sagesse ancestrale.

Les valeurs des anciennes générations reposaient sur le sens du devoir et du travail, l’acceptation des cycles de la vie. Être réaliste, avoir du bon sens, endurer des moments difficiles et se mettre à l’abri en attendant de jours meilleurs : et si cela faisait partie de la vie ?

 

Jouer et viellir - Inventer la vie à tout âge.

 

 

 

Revenir à l’essentiel.

 

Pluton élimine beaucoup de nos illusions c’est vrai.  Mais ne nous laissons pas démoraliser.  Le Capricorne a des ressources.

 

L’essentiel est là, à notre portée, sous nos yeux, dans nos cœurs.

 

 

 

 

 

NEPTUNE EN POISSONS

 

Neptune poursuit sa lente exploration dans le signe des Poissons.

 

Quelques pistes de réflexion :

 

Spiritualité - Compassion – Amour – Méditation – Créativité – Silence – Fuite - Retraite - Illusions, mirages – Fragilité – Faiblesse – Douceur – Sentiment d'mpuissance – Dépendances - Mondes subtil.

 

 

Qu’est ce que la spiritualité aujourd’hui ?

 

Ne confondons pas la spiritualité avec la religion ou le mysticisme.
La spiritualité est un ensemble de valeurs, de réflexions à propos de la conscience humaine. Nous avons en nous la capacité de distinguer le bien du mal, la justice et l’injustice, la vérité et le mensonge. Nous avons été éduqués avec des idéaux humains qui nécessitent un tri quand nous devenons adultes.
Périodiquement, nous pouvons revoir et actualiser nos idéaux, nous ajuster à des valeurs authentiques.


 

« En tournant son regard vers l’intérieur, vers la partie la plus profonde de soi, la spiritualité constitue une source d’inspiration, de confiance, d’énergie et d’encouragement permettant de faire face aux défis quotidiens, de retrouver nos besoins véritables et nos vraies valeurs. La spiritualité répond aussi à un besoin de sens, d’authenticité et de liberté personnelle, la recherche de sérénité. »

Petit cahier d’exercices de spiritualité aussi simple qu’une tasse de thé – Sandra Huygen-Dols et Frans Goetghebeur, éd. Jouvence

 

 

Les croyances : des théories à vérifier.

Il arrive que nous ayons une haute idée de ce qu’est la spiritualité. Haute et parfois fausse. Sur le terrain, nos croyances peuvent être balayées.  Être humain et spirituel, c’est un chemin où l’on se confronte aux illusions et à l’expérience.

 

On peut dire que la spiritualité c’est de l’Amour.  Amour et compassion pour les autres et pour toute forme de vie humaine, animale, végétale etc. Amour et compassion aussi pour soi. Pardonner, se pardonner.

 

Le pardon, le partage, le cœur, la compassion peuvent aussi être des pièges si l’on abuse de notre générosité ou si l’on exploite les bons sentiments.  Comment savoir quand tendre la main et quand c’est un piège qui peut se retourner contre soi ?

 

Le rêve.


« I have a dream. »  Nous avons tous un rêve en nous, des rêves, une légende personnelle.  Ce rêve évolue et se transforme avec chaque décision que nous prenons et chaque leçon de vie que nous intégrons.

 

 

 

 

L’intuition.

 

Cette présence bienveillante veille sur nous, nous aide à discerner les nuances.  Nous pouvons être abusés par notre cœur, nos fantasmes et nos projections, mais quand nous nous égarons, une alarme retentit en nous : notre ressenti ne nous trompe pas.  Le défi, c’est de s’arrêter. 

 

Or, on est souvent tenté de poursuivre comme un somnambule.  Nous pouvons nous protéger, y compris de nous-mêmes.  Si nous restons branchés sur notre intuition, nous restons connectés à notre Source.

 

Bénévolat.

 

Sur le plan social, on se sent en empathie avec la souffrance des individus et du monde. On peut consacrer du temps et s’investir pour une cause, une œuvre, créer un monde meilleur.

 

 

 

Victime ou sauveteur ?

 

Si j’aide autrui, je garde le cap de l’autonomie, aussi bien pour l'autre que pour moi.  Je le rends autonome et je reste libre.
Je ne laisse personne abuser de ma gentillesse, de mon bon cœur, jouer avec mes sentiments et mes rêves.
Si je me sens victime, je commence par me sauver moi-même.

 

Créativité.

 

Nous avons tous une âme d’artiste, dans un domaine qui nous inspire.
Créer n’est pas réservé à une élite. On peut créer avec ses mains, son cœur, son corps, sa vision, son âme, créer une entreprise, donner forme à un projet.
En suivant votre inspiration, vous vous concentrez sur l’instant présent.
Créer apaise et ressource.

 

 

 

 

PAUSE.


La méditation est un bon outil pour se centrer, observer ce qui nous habite et contempler les mouvements du monde, sans agir, simplement être présent.

 

Avant d’agir comme on a l’habitude de le faire, on prend le temps d’observer ce qui est en jeu, on s’observe soi, de l’intérieur. L’action qui naîtra de cette observation sera plus adéquate que si l’on agit sous le coup d’une émotion ou d’une pulsion. « Entre deux pulsions, il y a un espace ou je suis libre. » Méditer, c’est laisser le champ libre à l’Observateur / l’Observatrice en soi.

Il y a plusieurs façons de méditer, je choisis celle qui me convient.

Méditer avec un support symbolique : astrologie, tarot, cycles lunaires…

 

Méditation de pleine conscience : « Méditer jour après jour » de Christophe André, magnifique livre illustré, étapes de méditation passionnantes. On intègre vraiment bien ce qu’est la Conscience.

Méditer en créant, en marchant, en nettoyant et en rangeant son environnement, en jardinant…

Les Amérindiens méditent dans la nature pour demander une direction. Connectés à l’Esprit de la Nature, ils  partent en quête de vision.

 

 

Mondes subtils.

On peut se relier à une source d’amour et de protection. 
Dieu – L’Univers – La Vie – La Source – L’Ange – Les Guides, les Alliés – L’Amour – La Lumière - Mon intuition, mon âme, mon corps  – La synchronicité, la prière, les demandes à l’Univers, à la Lune, à ma mémé, mon papy ...  Je note ce qui me convient, ce qui m’apaise.

 

Attention à l’exaltation.  Je risque de m’égarer.
Pensez aux antidotes : le réalisme, le bon sens, le recul, l’expérience, l’action juste, l'autonomie, la créativité.

 

 

Auto-bienveillance.


Pratiquer l’auto-bienveillance, s’entourer d’un amour infini, s’écouter avec gentillesse, comme on écoute un enfant ou un ami.


J’ai le droit de me sentir faible, fragile, humain, dépassé, en souffrance, incompris.  Je suis là pour moi. Je me soutiens, je me guide, pas à pas.  Je m’accompagne, je m’aide.  S’il le faut, je me fais aider, je demande une aide extérieure.  Je cherche un réconfort, un apaisement.
Si je sens que je perds pied, je m’arrête.  Si je me noie, je demande de l’aide.   

Je ne veux pas me mentir, j’évite de me raconter des histoires, de me faire des films, et si je le fais, je me protège avant de retomber dans des schémas de dépendance, des scénarios de désillusion. 

 

Fusion, amour, aliénation et dépendance.


Je m’exerce à rester libre.  En cas de danger, je me prescris une cure de sevrage. La dépendance est partout : dépendance relationnelle, dépendance affective, dépendance aux produits, aux réseaux, aux paradis artificiels.

 

Embellir la réalité.


Pour nous vendre du rêve, on nous tente avec des images de bonheur, de réussite, et nous avons envie de croire à l’enchantement.  En musique, avec des parfums, des couleurs, de belles paroles, nous sommes amenés à consommer, à nous laisser envoûter, pour suivre un rêve. Regardez bien ce qu’on vous vend et ce qu’on vous prend derrière ces slogans et ces scénarios idylliques. L’escroquerie consiste à s’engouffrer dans la brèche, la faille, votre fragilité.

 

 

 

Est-ce de l’amour ?

 

Pour être aimé, ou par facilité, nous cédons. 
Sous l’influence de Neptune, nous prenons conscience de nos faiblesses, nos dépendances et nos illusions. Êtes-vous sûr qu’il est impossible d’agir autrement ?  Dans ce cas, faites-vous aider. Apprenez à dire Non, sans agressivité, ni culpabilité. Votre ressenti a sa raison d’être. 

 

URANUS EN BÉLIER

J'ai envie de changement.

J'étouffe. Je veux être libre.

 

 

URANUS

 

Vision globale

Intérêt du groupe

Esprit d'équipe

Progrès

Moderne

Futur

Indépendance

Libère

Se détache

Relie

Ami

 

BÉLIER

 

Vision de l'individu

Intérêt de l'individu

Esprit de compétition

Pionnière

Va de l'avant

Nouveau

Affirmation de soi

Combat

Affronte

Sépare

Rival

 

 

La société est en mutation.

Arrêtons l'esclavage, l'asservissement.

Vive la liberté.

 

 

La foule, la masse peut créer le changement.

Les groupes de rebelles, les mouvements des indignés peuvent

ébranler les pouvoirs en place.

Groupés, nous sommes plus forts pour nous battre.

Innovons. Inventons de nouveaux systèmes.


 

Vive les idées nouvelles, le progrès,

les techniques de pointe, la robotique.

 

 

 

 

SATURNE EN SAGITTAIRE

 

Saturne symbolise le Temps.

Il nous rappelle que le temps passe. 

 

Ralentir et prendre le temps.

 

Offrir du temps.

 

 

Consacrer du temps à ce qui est important, essentiel.

Garder du temps pour moi, pour ce qui donne un sens à ma vie.

 

La joie, le plaisir, c’est important aussi, nous confie le Sagittaire.
Qu’est ce qui me procure réellement du plaisir ?
Même si je traverse des moments difficiles, je m’ouvre à la joie, je m’accorde des moments de grâce, je célèbre la vie, à ma façon.


Nous sommes conditionnés pour nous focaliser

sur ce qui nous préoccupe, sur ce qui, pour nous,

constitue un danger.

Du coup, nous passons à côté du reste.

 

En périphérie du problème qui nous obsède, la vie

fourmille d’occasions de nous réjouir et de nous émerveiller.

 

Connectons de nouveaux circuits dans notre cerveau.

Ouvrons les cadeaux de l’existence.

 

 

De quoi ai-je besoin en ce moment ?

 

Qu’est ce qui a du sens pour moi ?

 

Quelle saveur a ma vie ?


 

 

EXPLORER

 

 

La vie est un voyage, une aventure.

 

Saturne en Sagittaire m’invite à cultiver la vision du voyageur.


Je verrai mon quotidien sous un jour nouveau si j’adopte un point de vue de globetrotteur. Qu'est-ce que j'observe ? 

 

Quelque soit l’étape où je me trouve, je vis une expérience intéressante. 


Je peux pimenter ma vie d’exotisme et garder l’esprit d’aventure.

 

JUPITER EN BALANCE

Garder l'équilibre

 

 

 

Le Sagittaire recherche un idéal.


C’est vrai, j’ai besoin d’explorer autre chose, de m’évader de la routine.

 

Les limites symbolisées par Saturne : garde-fou ou rabat-joie dans le signe du Sagittaire ?

 

Quelques fois, les balises sont rassurantes. 

Quand le chemin est tracé, je vois où poser les pieds.

 

Saturne nous ramène à la réalité.
Se sentir en sécurité n’est pas un luxe, c’est un besoin de base.

Dans mon corps, dans mon environnement, au travail et dans mes relations, j’ai besoin de me sentir en confiance. 

 

Suis-je en sécurité avec cette personne, ce médecin, ce politicien, dans ce lieu ?

 

J’apprécie tous ceux qui veillent sur ma sécurité et tout ce qui contribue à celle-ci. 

De même, je veille aussi sur les autres, je suis prudent, digne de la confiance qu’on m’accorde.

 

 


Les limites, les freins, les retards font partie de la vie.
Si je bute sur un obstacle, j’ai le choix : m’arrêter, réfléchir, ressentir l’émotion, développer des ressources pour solutionner le problème, m’adapter, respecter le cadre, créer…


Lorsqu’on rencontre une résistance, l’énergie se concentre ou prend un autre chemin,

comme la rivière qui déborde face à un barrage, se faufile ou contourne l’obstacle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saturne et le Sagittaire : le Sage et le philosophe.

 

Ce que je construis ou conçois a-til encore un sens ?

Quelle leçon puis-je tirer de cette expérience ?


Avec Saturne, on apprend à reconnaître ce qui nous habite.

 

Qu’est ce qui est lourd, pesant, frustrant ?  Que puis-je y faire ?


Le Sagittaire nous entraîne plus loin, au-delà de nos limites.

 

Que me reste-t-il à explorer ?

 

 

Saturne est solitaire, le Sagittaire est grégaire.


Durant ce cycle, ,nous aurons envie de remettre de l’ordre

et du sens dans la société.

 

Cette soif d’idéal répond à un besoin de retrouver des valeurs, autres que matérialistes et consuméristes.

 

Cela signifie-t-il un retour vers un modèle plus ancestral, patriarcal où l’on se réunit pour célébrer d’anciennes traditions ?


Avec Saturne, nous avancerons prudemment pour répondre à ce besoin de cohérence sociale, pour ne pas verser dans le fanatisme.

 

Faire partie de la société, respecter les règles, les lois, les rites,

les croyances, la hiérarchie, et veiller à ce que soit respectée l’intégrité physique et morale de l’individu.

 

On peut éprouver le besoin de règles et du respect des lois,

mais attention aux dogmes et aux rabat-joie.

 

L’être humain a un tel désir de faire partie du clan et de la société qu’il a peur d’en être exclu.  Du coup, le conformisme le guette.

 

 

 

 

B O N N E A N N É E 2 0 1 7

 

Martine Eleonor et Jim Valmont